• Blog

    Alchimie du verbe

L’orthographe ne sert plus à rien

18 avril 2017 séminaires de communication écrite
Blog Image

En 2017, début du IIIe millénaire, l’orthographe a fait son temps et ne sert plus qu’à nous compliquer la vie. Autant s’en débarrasser.

Vraiment ? Avez-vous vu un message publicitaire avec des fautes d’orthographe ? En principe non. S’il y en a, car cela arrive, c’est mauvais pour l’image de la marque.

L’orthographe française est difficile, c’est un fait. Ses fondateurs l’ont voulue difficile pour qu’elle ne soit pas accessible à tous. Puis de nombreuses réformes l’ont allégée au fil des siècles. Mais nous avons hérité d’une orthographe encore très compliquée.

La difficulté linguistique est augmentée de la valeur affective qu’on lui accorde. Ceux qui l’adorent répugnent à lui changer la moindre lettre. Ceux qui la détestent voudraient s’en passer complètement.

Pouvont nou nou passé conplaiteman de l’aurtograf ? Bien sûr que non. L’orthographe rassemble et crée le sens, d’une part. La grammaire nous permet de jongler avec les différentes manières d’exprimer nos idées, d’autre part.

En pratique, l’orthographe n’est souvent pas importante dans la sphère privée. Mais dès qu’on quitte cette sphère, son impact est réel. Sur LinkedIn, par exemple, l’orthographe est la plupart du temps soignée. Cela va de soi, car vous savez que vos lecteurs perdront confiance en vous si votre texte est truffé de fautes – soit qu’ils pensent que vous ne la savez pas, soit qu’ils pensent que vous ne faites pas d’effort. Sur Facebook, les fautes sont permises. On les ignore ou on les accepte. Cela dit, dès qu’un message Facebook fait une certaine longueur ou qu’il vise un public plus large, l’orthographe reprend toute son importance et sera traitée avec assez de soin par l’auteur.

Bref, on peut tolérer – voire aimer – les fautes d’orthographe venant de personnes avec qui on a une relation strictement privée. Mais dès que la relation se situe à un autre plan (profession, business, savoir, services), les fautes vont porter atteinte au crédit du rédacteur.

Et au fait, est-il si difficile de maîtriser l’orthographe française ?

Beaucoup de personnes me disent : « Je ne vois pas mes fautes » ou  même : « Je fais toujours les mêmes fautes. » Il s’agit là d’un problème de méthode. Ce n’est pas l’orthographe elle-même qu’il faut travailler, mais la façon dont on l’aborde.

Au fond, il faut apprivoiser l’orthographe. Elle n’est pas si méchante.

 

Partagez cet article
Envoyez-moi un mail

Prenez contact

Je me ferai un plaisir de vous aider.

Par formulaire au 021 729 32 52